Shutterstock
Shutterstock
Campus
Article
Le Prix Nobel de Physique 2018 a été décerné au Français Gérard Mourou, ancien étudiant de l’Université Grenoble Alpes, aux côtés de l’Américain Arthur Ashkin et de la Canadienne Donna Strickland. Une récompense qui reflète à nouveau l’excellence de la recherche et de la formation à Grenoble dans l’une de ses disciplines historiques : la physique.
"Je tiens à féliciter Gérard Mourou, actuel Prix Nobel de Physique et ancien étudiant de l’Université Grenoble Alpes. C’est une très bonne nouvelle pour le site qui est en train de se rassembler pour devenir une université intégrée regroupant l’ensemble des forces scientifiques et académiques du territoire Grenoble Alpes. C’est aussi la première fois qu’un étudiant grenoblois obtient un Prix Nobel. Nous pouvons être très fiers de notre établissement et de la recherche sur le site." déclare Patrick Lévy, Président de l’Université Grenoble Alpes.

Diplômé de l’Université de Grenoble en 1967 (actuelle Université Grenoble Alpes), Gérard Mourou a ensuite obtenu un doctorat de l’Université Pierre et Marie Curie (aujourd’hui Sorbonne Université). Gérard Mourou a passé la majeure partie de sa carrière entre les grands laboratoires de recherche français et américains. Il a ainsi notamment dirigé le laboratoire d’optique appliquée, unité mixte École Polytechnique / CNRS / ENSTA ParisTech.

Les travaux de Gérard Mourou et Donna Strickland ont permis de démultiplier la puissance des lasers par la création d’impulsions ultra-courtes et ultra-intenses. Ils sont à l’origine de la technique d’amplification des lasers appelée "Chirped Pulse Amplification", qui a permis de repousser les limites de la physique expérimentale en passant la barrière de la femto-seconde et en rendant accessible la dynamique interne des atomes et molécules, qui relevaient l’une et l’autre jusqu’alors de la seule physique théorique. Il a aussi ouvert la voie à l’accélération de particules par laser ce qui permet d’explorer de nouveaux pans de la physique relativiste et de mieux comprendre la nature physique du vide.


Publié le 3 octobre 2018
Mis à jour le 25 octobre 2018

Vous aimerez peut-être aussi