Ces différents dispositifs peuvent être activés à l'initiative de l'employeur ou du salarié.

Le compte personnel de formation de transition professionnelle (CPF de transition professionnelle)


Le CPF de transition professionnelle permet aux salariés souhaitant changer de métier ou de profession de financer des formations certifiantes éligibles au CPF, en lien avec leur projet. Il peut être accordé pour :
  • Les formations inscrites au RNCP
  • Leurs blocs de compétences
  • Les formations inscrites au répertoire spécifique (ex inventaire des certifications)
Tout salarié du secteur privé peut déposer un projet de transition professionnelle en mobilisant son CPF, quelle que soit la nature de son contrat de travail, quelle que soit la taille de l’entreprise.

Pour plus d'informations :
> Consultez le site www.moncompteactivite.gouv.fr

Le congé de formation professionnelle (agents publics)


Le congé de formation professionnelle est ouvert à l’ensemble des agents publics, titulaires ou contractuels, des trois versants de la fonction publique.

Ce dispositif dont la durée ne peut excéder trois années pour l'ensemble de la carrière, permet aux agents de parfaire leur formation personnelle par le biais de stages de formation à caractère professionnel ou personnel qui ne leur sont pas proposés par l'administration, ou pour des actions organisées par l'administration en vue de la préparation aux concours administratifs.

Pour plus d'informations :

> Consultez le site www.fonction-publique.gouv.fr

Le compte personnel de formation (CPF)


Le CPF est comptabilisé en euros et mobilisé par la personne, qu'elle soit salariée du secteur public ou privé, à la recherche d'un emploi, travailleur indépendant, membre d'une profession libérale ou d'une profession non salariée ou conjoint collaborateur, afin de suivre, à son initiative, une formation.
Le compte ne peut être mobilisé qu'avec l'accord exprès de son titulaire. Le refus du titulaire du compte de le mobiliser ne constitue pas une faute.
Le compte est alimenté de 500 euros par an (montant plafonné à 5 000 euros) pour tout salarié dont le temps de travail est compris entre 50 % et 100 % du temps complet (proratisation lorsque le temps de travail est inférieur à 50 %). Les droits acquis sont attachés à la personne, y compris lorsque celle-ci change de statut (de salarié à demandeur d’emploi par exemple).

Pour plus d'informations :

> Consultez le site www.moncompteactivite.gouv.fr

Le plan de développement des compétences

Cette action initiée par l’employeur vise essentiellement l'adaptation au poste de travail et le maintien dans l’emploi, au regard de l'évolution des emplois, des technologies et des organisations. Le coût de la formation est à la charge de l’employeur : soit financement direct, soit par une contribution collectée par un OPCO (taux de contribution fonction de la taille de l’entreprise).

Pour plus d'informations :
Nous vous invitons à en discuter avec votre employeur.

La période de reconversion ou promotion par l’alternance (période pro A)

Mise en œuvre à l’initiative de l’employeur la période pro A concerne :
  • Les salariés du secteur privé en contrat à durée indéterminée (CDI).
  • Les salariés (sportifs et entraîneurs professionnels) en contrat de travail à durée déterminée conclu en application de l’article L. 222-2-3 du Code du sport.  
La période Pro-A vise les salariés n’ayant pas atteint un niveau de qualification sanctionné par une certification professionnelle enregistrée au RNCP et correspondant au grade de la licence, notamment ceux dont la qualification est insuffisante au regard de l’évolution des technologies ou de l’organisation du travail.
Le dispositif permet à ces salariés d’atteindre un niveau de qualification supérieur ou égal à celui qu’ils détiennent au moment de leur demande de reconversion ou de promotion.

L’action de formation associe des enseignements généraux théoriques et l’acquisition de compétences en entreprise.
Les bénéficiaires et la nature des qualifications sont définis par accord collectif de branche ou, à défaut, par accord national et interprofessionnel.
La formation a pour objet l’acquisition de compétences définies entre l’employeur et l’OPCO, en accord avec le salarié.

Pour plus d'informations :

Nous vous invitons à en discuter avec votre employeur.