Campus
Article
Président de la République de l’Équateur pendant près de 10 ans, universitaire et économiste, Rafael Correa a officiellement reçu les insignes et le titre de Docteur Honoris Causa de l’Université Grenoble Alpes le 7 novembre 2017.
En attribuant le titre de Docteur Honoris Causa à Rafael Correa, l’Université Grenoble Alpes distingue un économiste qui, aux plus hautes responsabilités politiques, a su proposer des choix progressistes et innovants.

Cette distinction vient également renforcer les liens que le Centre de recherche en économie de Grenoble (CREG) a établis depuis une dizaine d’années avec les institutions de formation et de recherche en Équateur et conforter le partenariat de la Faculté d’économie de Grenoble avec l’Université pontificale catholique de l’Équateur (PUCE) à Quito.

Cliquez sur les images pour les agrandir.
Ouverture de la cérémonie par Pierre Berthaud, maître de conférences en économie à l’UGACérémonie Docteur Honoris Causa 2017 - Rafael Correa et Lise Dumasy, présidente de l’UGA Discours d’ouverture de Lise DumasyÉloge de Rafael Correa par son parrain Michel Rocca, professeur d’économie à l’UGARéponse du récipiendaire Rafael Correa Remise de la médaille et du diplôme Docteur Honoris Causa par Lise DumasyRemise de l’épitoge à Rafael CorreaDe gauche à droite : Patrick Lévy (président de la communauté Université Grenoble Alpes), Lise Dumasy, Rafael Correa, Eric Piolle (maire de Grenoble), Pierre Berthaud et Michel Rocca

Élu Président de la République de l’Équateur en 2007, Rafael Correa a profondément marqué l’histoire politique, économique et sociale de son pays au cours de ses trois mandats présidentiels successifs, de janvier 2007 à mai 2017

Une carrière internationale d’universitaire et d’économiste

Titulaire d’un doctorat et d’un master en économie de l’Université de l’Illinois (États-Unis), et d’un master en sciences économiques de l’Université catholique de Louvain (Belgique), Rafael Correa a débuté ses études supérieures au sein de l’Université catholique de Santiago de Guayaquil, sa ville de naissance.

Professeur d’économie, Rafael Correa a enseigné pendant 12 ans à l’Université San Francisco de Quito et a travaillé plusieurs années au département d’économie de l’Université de l’Illinois. Professeur invité dans plusieurs universités ou instituts, il a publié de nombreux articles, publications scientifiques et ouvrages d’économie. Il a également exercé des activités de consultant auprès d'organisations nationales et internationales telles que le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), ou la Banque japonaise pour la coopération internationale (JBIC).

Une action politique pour le développement humain

Plus inspiré par la théologie de la libération que par le marxisme, Rafael Correa se réclame d'une gauche humaniste et chrétienne qui entend avant tout œuvrer au développement humain et à l'éradication de la pauvreté. Partisan d’une politique souverainiste et d’intégration régionale, il propose une plus grande participation de l’État dans la gestion de l'économie "(…) en faisant passer l'être humain avant le capital" (discours d’investiture de janvier 2007).

Sous sa présidence, l’État équatorien a fortement augmenté les budgets consacrés à l’éducation et à la santé ce qui a permis de faire reculer l’analphabétisme et d’accroître l’espérance de vie. Au cours de ses trois mandats, Rafael Correa a réduit de façon très significative la pauvreté et les inégalités sociales et a apporté une nouvelle stabilité politique à ce pays d’Amérique latine. Il s’est également engagé pour une plus large reconnaissance des droits des peuples indigènes.

Parallèlement aux programmes sociaux mis en place pour les plus fragiles, l’État a développé les infrastructures du pays (routes, écoles, hôpitaux, logements sociaux…), et a fortement investi dans les "secteurs clefs" de l’Équateur (énergie, mines, télécommunications…) afin d’en accélérer le développement économique.

En s'appuyant sur la notion de "dette illégitime", Rafael Correa est parvenu à renégocier la dette extérieure de l'Équateur. Il a également inscrit dans la constitution et les pratiques de développement la notion de "Buen vivir" : une recherche de relation harmonieuse entre la nature et l'homme.

Le discours de Rafael Correa prononcé lors de la cérémonie


Discours de Rafael Correa, Docteur Honoris Causa de l'UGA

Publié le 8 novembre 2017
Mis à jour le 17 novembre 2017

Vous aimerez peut-être aussi