SpectacleCitoyenneté
White dog
le 15 janvier 202019h30
L'Université Grenoble Alpes vous propose des places de spectacles à la MC2 à tarif préférentiel autours des thèmes de l'égalité, de la diversité et du vivre ensemble.

Romain Gary s’interrogeait sur la haine raciale dans Chien blanc. Cinquante ans plus tard, Latifa Laâbissi invite la vitalité du minoritaire par une mêlée des corps au plateau.

Face à la montée des communautarismes, Latifa Laâbissi nous interroge sur la question de l’altérité. Pour tenter de défaire le dressage de nos regards, White Dog est un pas de côté, un mouvement de recul, une torsion, une ronde dissonante et joyeuse, qui évolue et met en jeu des motifs chers à la chorégraphe, que sont le camouflage, la fuite et la fugue.

Romain Gary s’interrogeait sur la haine raciale dans Chien blanc. Cinquante ans plus tard, Latifa Laâbissi invite la vitalité du minoritaire par une mêlée des corps au plateau.

Face à la montée des communautarismes, Latifa Laâbissi nous interroge sur la question de l’altérité. Pour tenter de défaire le dressage de nos regards, White Dog est un pas de côté, un mouvement de recul, une torsion, une ronde dissonante et joyeuse, qui évolue et met en jeu des motifs chers à la chorégraphe, que sont le camouflage, la fuite et la fugue.

Avec Jessica Batut, Volmir Cordeiro, Sophiatou Kossoko et Latifa Laâbissi.

3 questions à Latifa Laâbissi


Votre œuvre est-elle une adaptation du roman « Chien blanc » ?
Alors que nous assistons à de fortes crispations identitaires, je souhaitais travailler autour de l’altérité. Le roman de Romain Gary aborde très bien ce sujet. Il raconte l’histoire d’un chien dressé pour tuer les personnes noires. Mais qui va être à nouveau dressé pour lui ôter cette haine de l’autre. White dog n’est pas une adaptation de ce roman. Mais, j’en ai gardé le titre pour nous interroger, à nouveau, sur ce sujet.

Pourquoi la question des différences vous intéresse-t-elle autant ?
Notre société est tellement en crise que nous nous rangeons tous dans des cases, par genre, race, classe sociale… Or, un seul critère ne peut nous résumer. A défaut de lancer le débat, je voulais toucher le public autrement. Dans White dog, je pousse le public à la réflexion par la poésie autour des corps.

Que nous proposez-vous sur scène ?
Quatre danseurs, « désidentifiés », créent une communauté polymorphe. Entre eux, par la gestuelle et la danse, ils font circuler les signes de différentes cultures. Ils ne les figent pas dans une identité. Ils font en sorte que ces cultures communiquent entre elles, voire qu’elles s’hybrident. Car, accepter l’autre, ce n’est pas perdre son identité. Bien au contraire.

Informations pratiques


Etudiant-es : tarif MC2+. 10 euros ; personnel : tarif MC2. 17 euros.

Les places sont à pré-réserver en amont auprès de la mission "Égalité" de l'Université Grenoble Alpes en écrivant à l'adresse : mission-egalite@univ-grenoble-alpes

Chèques ou espèces à transmettre en même temps que la réservation d'une place (courrier interne mission Egalité).

Les places sont à récupérer le soir-même 40 minutes avant le début du spectacle.

8 places sont disponibles pour les étudiant-es et les personnels de l'université.

Localisation

Grenoble - Centre ville
MC2
4 Rue Paul Claudel
38100 Grenoble
Publié le  5 juillet 2019
Mis à jour le  17 octobre 2019