Extrait d'une lettre manuscrite rédigée par Marcel Proust
Extrait d'une lettre manuscrite rédigée par Marcel Proust
Culture
Article
Près de 6000 lettres écrites par et à l’auteur d’"À la recherche du temps perdu" vont faire l’objet d’une édition numérique accessible en ligne, grâce à un consortium franco-américain, le Consortium "Proust 21", qui réunit des chercheurs de l'Université de l'Illinois à Urbana-Champaign, de l'Institut des textes et manuscrits modernes et de l'Université Grenoble Alpes.
Le projet "Corr-Proust" s’inscrit pleinement dans le domaine émergent des Humanités numériques. Conjuguant philologie classique et informatique appliquée aux sciences humaines et sociales (SHS), il articule un triple objectif : une édition revue, enrichie, et actualisable, des correspondances parues et encore inédites de Marcel Proust ; la numérisation des archives épistolaires de l’écrivain dispersées dans des bibliothèques du monde entier ; et le développement d’outils d’édition et d’exploitation numérique des corpus épistolaires.

Reportage de TéléGrenoble du 27 octobre 2017 sur le projet "Corr-Proust".

L’édition numérique, au service d’un vaste corpus en expansion

"La correspondance de Proust est bien connue dans les milieux littéraires mais, difficile à se procurer, est assez peu fréquentée. Pourtant, l’intérêt public est là : chaque (re)découverte de documents originaux, inédits ou non, devient un événement médiatique", explique Françoise Leriche, professeure à l’Université Grenoble Alpes (UGA) et responsable scientifique du projet "Corr-Proust". Une première Correspondance générale d’environ 1800 lettres (Plon, 1930-1936, 6 volumes) a été publiée par Robert Proust peu après la mort de son frère, tandis que d’autres correspondants de l’écrivain publiaient de leur côté des volumes de souvenirs avec des lettres inédites. Philip Kolb, professeur à l'Université de l'Illinois à Urbana-Champaign (UIUC), a poursuivi pendant cinquante ans de sa vie ce travail de collecte afin d’établir une grande édition scientifique, datée (car en général Proust ne datait pas ses lettres !) et annotée : édition de référence, sa Correspondance de Marcel Proust (Plon, 1970-1993) compte environ 5300 lettres réparties en 21 volumes. En plein accord avec l’éditeur "papier" et les ayants-droit, elle constituera le socle de la nouvelle édition numérique.

Françoise Leriche, professeure à l’Université Grenoble Alpes (UGA) et responsable scientifique du projet "Corr-Proust"

Françoise Leriche, professeure à l’UGA et responsable scientifique du projet "Corr-Proust".


Celle-ci sera plus ample encore : Kolb estimait que Proust avait dû écrire quelque 20 000 lettres. Nombre d’entre elles ont été perdues ou détruites, mais chaque année, lors de ventes aux enchères, réapparaissent des lettres inédites ou des originaux de lettres publiées de façon tronquée. L’équipe Proust de l'Institut des textes et manuscrits modernes (ITEM, CNRS / ENS) apporte depuis des années son expertise dans la traque et la publication de ces inédits – plus de 140 depuis 2004 dans le seul Bulletin d’informations proustiennes (Éditions Rue d’Ulm).

"Un élément inédit peut, comme dans un château de cartes, remettre en question les datations de tout un ensemble de lettres", souligne Françoise Leriche, ancienne assistante du professeur Kolb. "Une nouvelle édition, numérique, est donc nécessaire afin d’actualiser en permanence ce corpus évolutif. Et rendra cette correspondance accessible à tous. Mais c’est un travail de longue haleine, qui nécessite la collaboration de nombreux spécialistes dans les institutions partenaires du projet." La réédition des lettres est également un dispositif clé dans la compréhension de la genèse du roman proustien, complémentaire de l’édition diplomatique des cahiers manuscrits dirigée par Nathalie Mauriac Dyer, directrice de recherche à l’ITEM (Brepols-BnF), en articulation avec les manuscrits de travail numérisés sur Gallica.

Au cœur de l’Illinois, un fonds d’archives proustiennes exceptionnel

L’UIUC, avec environ 1200 lettres, soit 20% des lettres de Proust actuellement connues, en possède la collection la plus importante au monde. Constituée à partir des années 1950 pour soutenir l’effort éditorial de Philip Kolb, sa politique d’acquisition se poursuit grâce à la vigilance de Caroline Szylowicz, conservatrice du fonds Proust à la Rare Book and Manuscript Library. Partenaire clef dans le projet "Corr-Proust", cette bibliothèque va bientôt entreprendre la numérisation de ses précieux originaux.

L’UIUC possède également les archives scientifiques de Philip Kolb, à partir desquelles le Kolb Proust Archive for Research a été fondé en 1993 pour continuer à nourrir les recherches des spécialistes. Le monumental fichier de Kolb, en cours de numérisation depuis plusieurs années, pourra être corrélé avec le projet "Corr-Proust" par un système d’hyperliens permettant un enrichissement des données biographiques et chronologiques.

Un outil de transcription et d’annotation développé à l’Université Grenoble Alpes

Pour éditer cette correspondance et afin qu’elle constitue un véritable objet de recherche pour les générations futures, un logiciel de transcription XML et d’indexation a été développé par Thomas Lebarbé, professeur en informatique appliquée aux Humanités numériques à l’UGA et Elisabeth Greslou, ingénieure de recherche, à partir de celui qui avait été précédemment conçu à l’Université Stendhal pour éditer en ligne les manuscrits de Stendhal. Les éléments spécifiques aux documents épistolaires (expéditeur, destinataire, support matériel, lieux d’expédition et de réception, dates, formules d’adresse et de clôture, post-scriptum, en-têtes...) demandaient en effet un encodage spécifique afin que ces données enrichies puissent donner lieu à des recherches, des statistiques, des représentations cartographiques, en plus des investigations lexicales et recherches de citations que permet tout texte numérisé. Après plusieurs phases de test, l’outil est désormais opérationnel.

200 lettres liées à la Grande Guerre

Le projet commencera bientôt, avec l'objectif de mettre en ligne autour du 11 novembre 2018, centenaire de l'armistice, une sélection de 200 lettres liées à la Première guerre mondiale. Cette première phase bénéficie d’un financement des services culturels de l’ambassade de France aux Etats-Unis, dans le cadre de la Mission du Centenaire de la Grande Guerre. "Cela nous permet d'avoir une première vitrine, avec un ensemble qui sera cohérent", explique François Proulx, professeur à l’UIUC.

Marcel Proust n'a pas combattu mais suivait avec attention et anxiété les opérations du front et était en correspondance avec de nombreux soldats, dont son frère cadet Robert, médecin, qui a été réquisitionné dès 1914 et a opéré les blessés à proximité des lignes de feu. C’est aussi pendant ces années de guerre que Proust bouleverse le plan initial de son roman en y insérant de nouveaux épisodes qui analysent les transformations que la Grande Guerre provoque dans la culture de son temps.

Menée avec des étudiants de l'UIUC et de l'UGA, la réédition "enrichie" de ces lettres inaugurera cette nouvelle coopération entre les Etats-Unis et la France.


Publié le 2 novembre 2017
Mis à jour le 9 novembre 2017

Vous aimerez peut-être aussi