Geoffrey Agostiniano  ©NadiaGPhotographie
Campus
Article
Aujourd’hui étudiant en 1re année de STAPS, Geoffrey Agostiniano a frôlé la mort en 2012 après un accident de voiture. Il raconte le difficile chemin de la rééducation dans un livre témoignage paru en mai 2017.
Victime d’un accident de voiture en 2012, Geoffrey Agostiniano passe près d’un an dans une clinique spécialisée pour polytraumatisés et cérébraux lésés. Dans un livre témoignage paru en mai 2017, le jeune homme, aujourd’hui étudiant en 1re année de sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS) à l’Université Grenoble Alpes, revient sur sa convalescence et les efforts qu’il a dû fournir pour récupérer.

Au réveil du coma dans lequel il est resté plongé pendant deux semaines, Geoffrey est lourdement atteint sur les plans physique et cognitif. Un grave traumatisme crânien affecte sa mémoire et sa parole. L’attendent huit mois de rééducation à la clinique, dont il fait le récit dans Marche après marche - Lutter pour revivre

Désir de « revivre »

Geoffrey puise auprès de sa famille et de ses amis le courage et la volonté d’affronter les longues journées d’hospitalisation. À sa sortie de la clinique, pour poursuivre sa rééducation et entraîner sa mémoire encore fragile, il se réinscrit dans l’école de théâtre où il suivait des cours à Lyon avant l’accident. Mais il songe désormais à se réorienter vers les métiers de la santé. C’est ce qu’il fait en s’inscrivant l’année suivante en première année commune aux études de santé (PACES) avec l’intention de devenir kinésithérapeute.

«C’est alors que j’ai été rattrapé par le besoin d’écrire, de cracher mon chagrin sur mon ordinateur», explique-t-il.   À la bibliothèque universitaire, il passe de plus en plus de temps à écrire et moins à réviser. À travers son histoire, Geoffrey veut transmettre aux autres polytraumatisés le désir de «revivre» quand le corps et l’esprit souffrent. «D’un côté, l’écriture a été une sorte d’autopsychothérapie. De l’autre, j’avais dans l’idée d’écrire pour les autres afin d’apporter mon soutien à ceux qui sont en rééducation.»

Aujourd’hui, le livre est terminé, mais la page n’est pas tournée. Geoffrey a encore des choses à dire, en particulier sur la vie à la sortie de la clinique et les multiples obstacles qui se dressent sur la route des personnes en situation de handicap. Un jour peut-être, il les jettera sur le papier. En attendant, il s’apprête à devenir enseignant en activité physique adaptée.

Marche après marche - Lutter pour revivre de Geoffrey Agostiniano, éditions Baudelaire, 142 pages, 15,50 euros.

Publié le 5 mai 2017
Mis à jour le 4 mai 2017

Vous aimerez peut-être aussi