La Galerie de l'Alpe
La Galerie de l'Alpe
InaugurationCulture scientifique

Inauguration de la Galerie de l’Alpe

A 2 100 mètres d’altitude, la Station alpine Joseph Fourier, unité mixte de service de l’Université Grenoble Alpes et du CNRS, réunit l’agrément d’un jardin botanique alpin unique en Europe, présentant plus de 2 000 espèces de plantes en provenance du monde entier, et l’excellence d’une infrastructure de recherche, fédérant des chercheurs internationaux qui étudient la réponse des écosystèmes et territoires de montagne aux changements globaux. Pour accomplir pleinement ces missions, entre science, tourisme et diffusion des savoirs, un nouveau bâtiment a été construit pour un montant de près de 3 millions d’euros grâce au soutien de l’État et des collectivités territoriales.

Près de 300 personnes rassemblées au Col du Lautaret


Le 29 juin dernier sous le soleil des Hautes-Alpes, la Galerie de l’Alpe a été officiellement inaugurée par les partenaires financiers et scientifiques de ce nouvel équipement. Près de 300 personnes étaient présentes pour l’événement dont de nombreux élus et responsables du développement économique et touristique du territoire.



Après le temps des discours, Jean-Gabriel Valay, directeur de la Station alpine Joseph Fourier, Lise Dumasy, présidente de l’Université Grenoble Alpes, Patrick Lévy, président de la Communauté Université Grenoble Alpes, Stéphanie Thiebault, directrice de l’Institut écologie et environnement (INEE) du CNRS, Claire Bouchet, députée suppléante de Joël Giraud, Arnaud Murgia, délégué au développement de l’économique numérique du Département des Hautes-Alpes, Alain Fardella, président de la Communauté de communes du Briançonnais, Olivier Fons, maire de Villar d’Arène, Chantal Eyméoud, vice-présidente du Conseil régional Provence-Alpes-Côte d’Azur, et Isabelle Sendrané, sous-préfète des Hautes-Alpes ont procédé au geste inaugural : le dévoilement d’un bloc de marbre de Guillestre. Un geste symbolique qui illustre l’ancrage de la Station alpine Joseph Fourier dans ce site exceptionnel. "Le message, c’est la station dans son territoire, le lien avec la géologie, les plantes, la roche et l’hommage à Serge", a rappelé Jean-Gabriel Valay.



A travers la pose d’une plaque commémorative sur le chalet Mirande et un séminaire scientifique (les 29 et 30 juin), cette cérémonie a été l’occasion de rendre un émouvant hommage à Serge Aubert, directeur de la Station alpine Joseph Fourier de 2005 à 2015. Enseignant, chercheur, naturaliste et homme de culture, l’engagement de Serge Aubert a profondément marqué l’histoire et le rayonnement scientifique de la Station alpine Joseph Fourier.

Un bâtiment pour l’accueil des touristes et des scientifiques


A la fois espace d’expositions, de conférences et de recherche, ce nouveau bâtiment résolument moderne accueille le public dans un lieu à la hauteur du caractère exceptionnel du site : nouvelle entrée du jardin centenaire, nouveaux espaces paysagers et préservation des traces de l’emplacement de l’ancien hôtel de la compagnie Paris-Lyon-Méditerranée.

Le caractère multifonctionnel de la Galerie de l’Alpe est symbolisé dans son mode de construction : une partie est de facture classique, tandis que l’espace consacré à l’accueil du public est en ossature bois. Le chauffage est assuré par géothermie, un choix scientifique, politique et économique.



D’un montant total de 2,7 millions d’euros, la construction de la Galerie de l’Alpe a été financée par l’État dans le cadre du Pôle d’excellence rurale "Nature, sciences et tourisme" (230 000 €), l’Union européenne à travers le Fonds européen de développement régional (400 000 €), la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur (900 000 €), le Département des Hautes-Alpes (350 000 €), la Communauté de communes du Briançonnais (100 000 €) et l’Université Grenoble Alpes (720 000 €). Les équipements scientifiques de la Galerie de l’Alpe ont été financés par le CNRS et l’Université Grenoble Alpes dans le cadre du programme Investissements d’avenir AnaEE (Analyse et expérimentation sur les écosystèmes 2012-2020). La maîtrise d'ouvrage a été assurée par l’Université Joseph Fourier (Université Grenoble Alpes depuis 2016) avec Territoires 38 comme mandataire et les architectes Solea Voutier & Associés Architectes, PRO BA TP Architecture.

Au cœur de la diffusion des savoirs


Le Jardin botanique alpin du Lautaret est l’une des principales attractions touristiques estivales du département (20 000 visiteurs par an). Etiquetage rigoureux et visites guidées gratuites contribuent à l’éducation du public. La Station alpine Joseph Fourier édite et commercialise "Les cahiers du Lautaret" ; organise et publie des résidences d’artistes (en juin 2016, l’écrivain Rick Bass-USA, le dessinateur Yves Berger-UK ainsi que le photographe belge Daniel Michiels) ; produit et commercialise la collection Dominique Villars, un catalogue qui affirme l’importance du dessin botanique (dessinateurs du monde entier depuis 2006 : troisième livret en 2016) ; organise des conférences scientifiques grand public les "Lundi de la Galerie" ; propose des expositions ; met à disposition une base de données photographique (30 000 photos). La SAJF participe à de nombreux événements à l’échelle locale (floralies, animations…), nationale (rendez-vous aux Jardins, semaine nationale de l’Amérique Latine, colloques…) internationale (science-art event, Université de Louisiane, colloques) et est présente dans les radios, journaux et télévisions au niveau régional et national.

Sur le même sujet




Mis à jour le  26 juillet 2016