L'adaptation réciproque et continue des technologies numériques et des usages sociaux fait évoluer les pratiques info-communicationnelles et culturelles. Ce tournant numérique a induit de profonds changements, notamment dans les interactions et les relations sociales, dans notre rapport au patrimoine, dans les conditions de création des œuvres. Deux espaces seront dédiés aux nouveaux objets et pratiques de recherche, d’enseignement et de création que ces mutations ont fait émerger dans les domaines de l’information, des arts et lettres, et plus généralement des sciences humaines et sociales.
Les enjeux portés par le Digital data fabrik sont ceux de la fouille de données, du Big Data, et du renouvellement des méthodes privilégiant l’approche empirique dans les sciences humaines et sociales.

Les axes de développement du Digital data fabrik portent sur les techniques et méthodes :
 
  • De captation de flux (API, RSS...), de collecte web (scraping, log...).
  • De tracéologie numérique, et de redocumentarisation des données massives.
  • De fouille exploratoire et de visualisation de données complexes.
  • De documentation et de valorisation des collections (open data...).
Le Digital data fabrik s’appuie sur les recherches des travaux menés dans le Data Institute dans le domaine de l’utilisation des réseaux sociaux numériques et valorise l’infrastructure mutualisée GRICAD.