ParutionFormation
Stendhal « Romantique » ?
Sont envisagés ici des aspects historiques, philosophiques et esthétiques dont la synthèse est indispensable pour une meilleure approche de la complexité du « romantisme » de Stendhal.
Stendhal « romantique » ? La question, complexe, toujours controversée, doit être contextualisée dans le cadre des « romantismes » européens auxquels Stendhal est confronté en parcourant ­l’Europe, « de Naples à Moscou », selon ses dires. « Romanticisme », d’abord, par influence italienne à Milan et lecture de la presse anglaise, mais aussi échos de l’Opéra à Vienne, contributions de la bibliothèque cosmopolite de ­Wolffenbüttel et glaces de la retraite de Russie qui sonnent le glas de l’esthétique classique. Passeur d’idées, familier des « voies de transmissions » comme le cabinet Vieusseux à Florence et des postures transculturelles, Stendhal, qui a affirmé que la « Révolution entre en littérature » adopte une attitude critique qui sert de révélateur à la mosaïque de l’« Europe romantique », aux débats fondateurs entre « nation » et « Europe ». Des regards venus de toute l’Europe contribuent ici au débat, qui se trouve étoffé par des documents inédits.

Auteur

Marie-Rose Corredor est spécialiste de Stendhal. Avec Chantal Massol elle co-dirige aux ELLUG la collection stendhalienne et romantique. Elle a été responsable du Centre d’études stendhaliennes et romantiques, composante de l’équipe Traverses 19-21, de 2000 à 2012. Elle est membre actif du groupe Manuscrits de Stendhal. Principales publications : Stendhal à Cosmopolis, ELLUG, Grenoble, 2007 ; Stendhal, Vienne, l’Autriche, « Recherches & Travaux », Grenoble, 2011




Publié le  2 juin 2016
Mis à jour le  9 juin 2016