ParutionCulture
Die Revolte
Une traduction de l'ouvrage "La Révolte" de Villiers de l’Isle-Adam par Marc Béghin et Myriam Geiser, enseignants-chercheurs à l'Institut des langues et cultures d'Europe, Amérique, Afrique, Asie et Australie de l'Université Grenoble Alpes.
"Tout ce qui naît mérite de périr", lit-on dans le Faust de Goethe. Il en va de même des traductions d’œuvres littéraires : elles se périment, comme le reste. Faut-il en déduire qu’"il vaudrait mieux que rien ne naquît" et que les traductions, parce que condamnées à plus ou moins long terme, ne voient pas le jour ? Sans doute pas.

C’est en faisant foi sur ce qu’apporte de neuf leur traduction, par rapport à celle de Hanns Heinz Ewers parue en 1920 sous le titre Die Empörung, que Marc Béghin et Myriam Geiser se sont risqués à retraduire La Révolte (1870) de Villiers de l’Isle-Adam, dans une version voulue plus moderne et surtout plus complète, puisque enrichie d’un glossaire, de notes et d’une postface. L’occasion leur en a été donnée par Bertrand Vibert (laboratoire LITT&ARTS), qui a piloté en 2014 un projet centré sur le théâtre de Villiers, et en particulier La Révolte. Le point d’aboutissement de ce projet, soutenu par la Maison de la Création, a été la représentation de la pièce à l’Amphidice, le 17 décembre 2014, par la compagnie montpelliéraine Théâtre au présent.

Les auteurs


Marc Béghin et Myriam Geiser.

Publié le  18 janvier 2016
Mis à jour le  18 avril 2016