CommuniquéEntreprise
Smartox Biotechnology s'implante à Boston
Issue d’un laboratoire de Grenoble institut des neurosciences et portée par deux anciens étudiants de l’Université Grenoble Alpes (ex Université Joseph Fourier), Smartox Biotechnology, la société experte dans la recherche de molécules thérapeutiques à partir de venins d’animaux vient d’ouvrir son premier bureau aux États-Unis pour se développer sur le marché nord-américain.

Made in UGA

Le projet de création de Smartox Biotechnology est né dans le laboratoire du Directeur de recherche Michel de Waard, au Grenoble institut des neurosciences, alors qu’il étudiait les toxines présentes dans les venins d’animaux. Aucun acteur industriel n’étant capable de lui fournir ces molécules en quantité suffisante, il met au point un procédé pour reproduire chimiquement les peptides de venin.

Incubée durant trois ans au sein de Floralis, la filiale de valorisation de l’Université Joseph Fourier, la start-up est lancée en avril 2013 et portée par Rémy Béroud (président et fondateur), et Aurélien Claeyssen (directeur commercial et marketing) tous deux anciens étudiants à l’Université Joseph Fourier.

Depuis Smartox Biotechnology a connu une croissance rapide ce qui lui permet d’atteindre un des objectifs fixés pour 2017 : s’implanter sur le territoire américain. Boston est en effet une place forte dans le domaine des biotechnologies au niveau mondial car il réunit parmi les plus grosses sociétés pharmaceutiques.

Smartox Biotechnology aux USA

Spécialisée dans la découverte de peptides issus de venins d’animaux, Smartox Biotechnology développe en partenariat avec des sociétés pharmaceutiques, des peptides thérapeutiques issus de sa librairie unique appelée VenomScreen. Dans le but de faciliter ses relations avec ses partenaires Américains mais également d’initier de nouvelles collaborations, la société vient d’ouvrir un bureau commercial à Boston. Aude-Marie Alem, business developer pour l’entreprise est présente sur place depuis le 1er octobre.

Les Venins, un réservoir naturel de molécules thérapeutiques

Les venins d’animaux sont traditionnellement connus pour leurs effets toxiques. Un venin est une mixture de molécules très actives appelées peptides. Étudiées séparément, ces molécules peuvent avoir des propriétés thérapeutiques très intéressantes. On estime à 40 millions le nombre de peptides présents dans les venins d’animaux ; seulement quelques centaines sont aujourd’hui bien caractérisés et 7 d’entre eux ont été approuvés comme médicament pour le traitement des douleurs, diabète ou encore de l’hypertension. Une douzaine est actuellement en développement clinique pour le traitement de maladies comme le cancer ou encore des maladies auto-immunes.

Les peptides issus de venins d’animaux recèlent des propriétés intéressantes car ils ont été optimisés par la nature pour être injectés dans le sang. Ils sont très stables et solubles grâce à leur structure macrocyclique. Ils sont connus pour être de puissants et sélectifs modulateurs de récepteurs membranaires tels que les RCPG (récepteur couplé aux protéines G) ou encore les canaux ioniques qui sont des cibles majeures des médicaments (ces récepteurs sont ciblés par environ 40% des médicaments actuels). Les venins sont une source prometteuse de futurs médicaments pouvant cibler ces récepteurs membranaires. D’autres utilisations des peptides de venins en tant qu’insecticides ou composés antimicrobiens sont également en cours de validation.
Publié le  18 octobre 2017
Mis à jour le  18 octobre 2017