Bettina Debû, directrice ESPE de Grenoble, Lise Dumasy, présidente UGA, Claudine Schmidt-Lainé, recteur de l'académie de Grenoble, Fabienne Gillonnier, chargée de mission égalité USMB, Isabelle Schanen, chargée de mission mixité Grenoble INP
Signature de la convention de partenariat Grenoble ressources égalité
le 15 juin 2016
Les chargées de mission égalité de l'Université Grenoble Alpes organisaient le 15 juin dernier une journée dédiée à l'égalité femmes / hommes ouverte à l'ensemble des personnels et étudiants. À cette occasion, Madame Le Recteur de l'Académie de Grenoble, la présidente de l'Université Grenoble Alpes et la directrice de l'ESPE, en présence des représentantes de Grenoble INP et de l'Université Savoie Mont-Blanc signaient la convention de partenariat pour la consolidation de Grenoble Ressources Égalité.

Objectif de la convention de partenariat

En renouvelant ce partenariat, il s'agit d’acter la constitution d’un groupe ressources entre les institutions co-signataires (le Rectorat, ESPE, l'Université Grenoble Alpes, l'Université Savoie Mont-Blanc et Grenoble INP), dénommé le GRÉ : Grenoble Ressources Égalité. Le GRÉ mettra en œuvre dans l’académie de Grenoble, la déclinaison de la convention interministérielle 2013-2018 et accompagnera le plan d’action ministériel pour l’égalité entre les filles et les garçons à l’école.

Propositions d’actions communes portées par le GRÉ

  • Formation des nouveaux personnels de direction de l’académie
  • Formation des équipes éducatives dans le cadre des formations de bassin ou circonscription
  • Accompagnement et formation des corps d’inspection
  • Formation des futurs enseignant.e.s dans le cadre de l’ESPE
  • Projet de recherches actions pour mesurer l’influence des formations sur les pratiques
  • Mise à disposition de ressources pour les équipes éducatives
  • Conception de support d’information en direction des familles

Sur le chemin de l'égalité

Lors de cette journée dédiée à l'égalité femmes / hommes et dans le cadre de la signature de cette convention de partenariat, l'accent a été mis sur l'importance de l'émancipation des stéréotypes notamment dans les choix d'orientation des étudiant.e.s. Il a également été question de projets d'envergure comme la création d'une crèche universitaire pour faciliter la conciliation entre vie professionnelle et vie de famille, la mise en place d'une charte anti-sexisme et d'une cellule de lutte contre le harcèlement, ou encore l'intégration dans le plan de formation de l'université d'une formation à un langage égalitaire.

"Tout cela nécessitera un engagement fort et un travail de coordination important de la part de tous les acteurs portant cette mission d'égalité et de mixité femmes / hommes", rappelait ainsi Mireille Baurens, chargée de mission, en refermant le débat de la table ronde sur la construction d'une politique pour l'égalité femmes / hommes à l'Université Grenoble Alpes.

D’autres moments forts de la journée sont à souligner. L'intervention de la politologue Claudie Baudino, sur "Les enjeux politiques de l'usage linguistique", démontrant les connexions entre les règles académiques et les débats sur la place de la femme. Sophie Louargant, géographe, a elle montré la diversité et l’ampleur des recherches sur le genre dans l’analyse des territoires. Et deux tables-rondes ont par ailleurs amorcé des débats essentiels, qui restent à développer. La première a permis de réunir de nombreux secteurs de la vie universitaire, représentant la variété des services et des activités à mobiliser dans la mise en œuvre d’une politique égalité forcément transversale. La deuxième a réuni des étudiant.e.s, représentant.e.s d’associations et de la vie politique étudiante sur la question du sexisme et de la mise en place d’une charte anti-sexisme. Elle a suscité un débat vif, qui témoigne de l’intérêt du sujet comme de l’importance du chantier qu’il reste à mener. Une journée qui devrait donc en appeler d’autres !


 


Publié le  16 juin 2016
Mis à jour le  8 juillet 2016