©Alexis Bross
ParutionSanté, Recherche
Parution : L’ostéopathie crânienne dépourvue de fondement scientifique selon le CorteX
Sollicité par le Conseil national de l’ordre des masseurs kinésithérapeutes (CNOMK) pour évaluer le niveau scientifique de l’ostéopathie, le CorteX, collectif d’enseignement et de recherche en esprit critique et sciences, a rendu en octobre 2015 un premier rapport s’intéressant à l’ostéopathie crânienne.
Dans un document épais de près de 300 pages réalisé à la demande du Conseil national de l’ordre des masseurs-kinésithérapeutes (Cnomk), le CorteX, collectif d’enseignement et de recherche en esprit critique et sciences, s’est attaché à décrire précisément les méthodologies de recherche et d’analyse déployées par l’ostéopathie crânienne. En s’appuyant sur les textes des fondateurs et des continuateurs de l’ostéopathie crânienne et sur des documents issus des principales institutions enseignant ou promouvant ce courant ostéopathique, les auteurs du rapport, Albin Guillaud, Nelly Darbois, Nicolas Pinsault et Richard Monvoisin, ont dégagé les hypothèses relevant de l’anatomie, de la biomécanique, de la physiopathologie et de la physiologie humaine sur lesquelles repose cette pratique. Le document indique qu’aucune des hypothèses qui font la spécificité des fondements physiopathologiques de l’ostéopathie crânienne n’est vérifiée scientifiquement.

Pour aller plus loin

Consulter le résumé du rapport sur le site web du CorteX
Les réponses du CorteX aux réactions
Publié le  6 avril 2016
Mis à jour le  6 avril 2016