Ce qui arriva quand Nora quitta son mari
Ce qui arriva quand Nora quitta son mari
ThéâtreCulture
Ce qui arriva quand Nora quitta son mari
le 16 février 201719h30
Gratuit
Dans le cadre de sa collaboration avec le collectif Troisième bureau, l'université Grenoble Alpes accueille, pour la deuxième année consécutive, une mise en voix d'un "classique contemporain". Après La Demande d'emploi de Michel Vinaver l'an dernier, nous proposerons cette année une pièce de l'autrice autrichienne, Elfriede Jelinek.

La pièce


Ecrite en 1979, Ce qui arriva quand Nora quitta son mari est la toute première pièce de théâtre d’Elfriede Jelinek et se présente comme une suite de la pièce du norvégien Henrik Ibsen, Maison de poupée.

Après avoir claqué la porte de son foyer, Nora aspire à sa "réalisation personnelle" en se faisant embaucher dans une usine : "J'étais un objet, j'ai voulu devenir sujet sur mon lieu de travail. Peut-être puis-je, par mon simple aspect, apporter un nouveau rayon de soleil dans ce triste atelier d'usine". Ainsi, loin de porter un élan féministe ou d'incarner la femme libérée, Nora se trouve rapidement réduite à ce qu'elle a toujours été : un objet de désir, une valeur-marchandise prise dans les impératifs d'une économie de marché sans scrupules. Par là, l’autrice met magistralement en lumière les rapports hommes-femmes au sein d'une société régie par l'économique. La crudité de sa langue, la force des personnages en font une œuvre dramatique incontournable du XXe siècle.

L'autrice


Elfriede Jelinek est née à Mürzzuschlag en Autriche. Elle étudie la musique, le théâtre et l'histoire de l'art à Vienne et en 1967, interrompt ses études pour se consacrer à l'écriture. Sa première pièce de théâtre, Was geschah, nachdem Nora ihren Mann verlassen hatte oder Stützen der Gesellschaften (Ce qui arriva quand Nora quitta son mari ou les piliers de la société) est mise en scène à Graz en 1979. En France, Elfriede Jelinek est surtout connue pour ses romans, Die Liebhaberinnen (Les Amantes), Die Klavierspielerin (La Pianiste) – adapté au cinéma par Michael Haneke en 2001 – et Lust. Elle est volontiers comparée à son compatriote Thomas Bernhard. À l'instar de ce dernier, elle ne cesse de dénoncer les tares d'une société engoncée dans ses conformismes et négligente envers son passé.

Le traducteur


Louis-Charles Sirjacq est né à Rennes. Traducteur de plusieurs auteurs notamment Wedekind, Brecht, Jelinek, Eugène O’Neill, David Hare ou encore Lee Hall, sa première pièce, Il Salto mortale, est créée au Festival d’Automne par Jean-Marie Patte. Il créé certaines de ses pièces – Léo Katz et ses œuvres, Exquise Banquise, Œil pour œil et Conférence sur Kafka. Il participe à l’écriture de scénarios pour le cinéma et la télévision. Il est l’auteur d’un roman intitulé Comment j’ai tué mon chat.

Distribution


Avec Sarah Barrau, Thierry Blanc, Marie-Sohna Condé, Stéphane Czopek, Léo Ferber, Bernard Garnier, Hélène Gratet, Geoffroy Pouchot-Rouge-Blanc et la participation de Pauline Bouchet et Julie Valero.

Mise en lecture Léo Ferber.

En partenariat avec l’Université Grenoble Alpes, le Département Arts du spectacle de l'UFR LLASIC, le Service culture de la Communauté Université Grenoble Alpes, Un Tramway Nommé Culture, L’Amphidice.

Localisation

Saint-Martin-d'Hères - Amphidice
Publié le  18 janvier 2017
Mis à jour le  18 janvier 2017