MarchAlp : atelier de science infuse

Conférence Culture scientifique et technique
le  8 décembre 2020Saint-Martin-d'Hères - Domaine universitaire
Venez rencontrer Stéphane Gal, chercheur au Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes (LARHRA)

Tous les mois, la Bibliothèque Universitaire Joseph-Fourier accueille un atelier de diffusion de la culture scientifique : la science infuse. Ce mois-ci, la BU accueille Stéphane Gal, chercheur au LARHRA. Il viendra nous parler de l'expérience conduite en juillet 2019 au cours de laquelle une caravane composée de chevaliers en armure comme à l'époque de François 1er et du chevalier Bayard a franchi le col de Mary à 2600 m d'altitude dans les Alpes de Haute Provence pour rejoindre l'Italie.

Ce projet a pour but de restituer les conditions matérielles et humaines du franchissement des Alpes par les troupes de François 1er en 1515 afin d’en mesurer scientifiquement la performance. Il associe des scientifiques de la recherche publique à des partenaires issus du monde associatif et de l’entreprise. L’archéologie expérimentale mise en oeuvre ici favorise un fort rayonnement social et culturel, sinon une forme de médiation entre la recherche universitaire et la société civile. » précise Stéphane Gal, enseignant-chercheur de l’Université Grenoble Alpes, historien porteur du projet au sein du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA – CNRS / UGA/ Universités Lyon 2 et 3 / ENS Lyon).

Ce projet d’expérimentation historique porté par le Labex ITEM (Innovation en Territoires de montagne) associe des chercheurs d’Inria Rhône-Alpes et des laboratoires Grenoble Images Parole Signal Automatique (Gipsa-Lab – CNRS / UGA / Grenoble INP) et Hypoxie et Physiopathologies cardiovasculaires et respiratoires (HP2 – UGA / Inserm) mais également la 27e brigade d’infanterie de montagne, des étudiants de l’UGA et Patrick Ceria, triple champion paralympique.

Le projet MarchAlp reçoit par ailleurs le soutien financier de nombreux partenaires académiques et privés dont le Labex ITEM, le CNRS, le Département de l’Isère et la Société Bayard Capital.

L'expérimentation scientifique

Si de nombreuses expériences d’archéologie expérimentale ont déjà été réalisées autour de cette période, aucune ne s’est déroulée dans la montagne à l’échelle envisagée par MarchAlp. Les grandes reconstitutions organisées en 2015 autour du 500e anniversaire de Marignan n’ont pas abordé le thème du franchissement alpin de l’été 1515.

Les objectifs scientifiques de la mission MarchAlp : évaluer le matériel et mesurer l’effort humain. Afin de mesurer l’effort humain, des tests physiques seront réalisés sur la journée de marche, en montée et en descente, à pied et à cheval (rythme cardiaque, effort respiratoire, sudation, hydratation).

Le matériel fabriqué pour l’opération sera également testé en laboratoire biomécanique par le Gipsa-lab, HP2 et Inria Rhône-Alpes et sur le terrain dans des conditions proches de celles de 1515 (efficacité mécanique du matériel, amplitude des mouvements, adaptations nécessaires, descente de cheval, pose de certaines parties de l’armure…).

Publié le  10 septembre 2020
Mis à jour le  11 septembre 2020