Nouvelle séance d’ateliers préparatoires thématiques Grenoble Interdisciplinary Days (GID)

Atelier Recherche
13 janvier 2021 - 21 janvier 2021À distance
Shutterstock
Shutterstock
Compte tenu de la situation sanitaire actuelle et afin d'organiser la 2e édition des Grenoble Interdisciplinary Days (GID) qui aura lieu en juin 2020 sur le thème "Prise de pouvoir en santé et bien-être", l'ensemble de la communauté scientifique de l'Université Grenoble Alpes est invitée à participer à à une nouvelle séance d'ateliers préparatoires.
L’Université Grenoble Alpes reprogramme, en juin 2021, la deuxième Grenoble Interdisciplinary Days (GID), annulée en mai dernier pour cause de crise sanitaire. La première a eu lieu le en mai 2019 sur le défi "Planète et société durables" au prisme des"Transitions et questions d’échelles".

Cette nouvelle GID porte sur le défi "Bien-être, santé et technologies" de l'Idex grenoblois. À l’instar de la précédente, cette GID a pour vocation de faire émerger des thématiques interdisciplinaires et de constituer des réseaux de chercheurs, nourrissant les domaines de recherche de l’Université Grenoble Alpes (UGA) dans son nouveau périmètre, dans une visée prospective.

La démarche scientifique proposée à la communauté universitaire grenobloise se fait en deux temps : un temps de réflexions au sein d’ateliers préparatoires sous-thématiques suivi par un échange et une mise en discussion lors de la tenue de la GID.
  1. Une première série d’ateliers préparatoires ont eu lieu en décembre 2019 et en février 2020. L’objectif de ces ateliers thématiques préparatoires était de définir un ensemble d’axes de recherche nouveaux. Au vu de la situation sanitaire actuelle, nous vous proposons la tenue d’une séance supplémentaire pour 3 sous-thématiques.
  2. Les axes de recherche dégagés seront présentés et discutés lors de la GID, en juin 2021, afin de constituer in fine un livre blanc à destination de la communauté scientifique de l’UGA.
Dans le prolongement des projets soutenus par l’Idex grenoblois concernant le défi "Bien-être, santé et technologies", le thème "Prise de pouvoir en santé et bien-être" adopte deux démarches complémentaires :
  • D’une part, celle qui consiste à articuler les problématiques de santé et de bien-être, afin de mieux considérer la complémentarité des aspects médicaux et des dimensions sociales et cognitives du bien-être ;
  • D’autre part, celle d’une remise des acteurs au centre des analyses en termes de dynamiques d’émancipation et de redéfinition de la santé vers un modèle de type "4P" : prédictive, préventive, personnalisée, participative. Ces deux démarches sont d’autant plus d’actualité dans le cadre d’une crise sanitaire comme celle de la Covid-19.

Participer à une nouvelle séance d'ateliers thématiques préparatoires

De la donnée individuelle à la connaissance en santé et bien-être - 13 janvier 2021 - 14h-17h

Animation de l’atelier réalisée par Philippe Cinquin (TIMC-IMAG, Pôle CBS) et Claude Castelluccia (INRIA, Pôle MSTIC)

Les données de santé sont au cœur des enjeux de la médecine "4P". L’acquisition de ces données dans le cadre d’un parcours de santé est aujourd’hui bien balisée, et ces données sont d’ores et déjà très efficacement utilisées pour prendre en charge les patients. Cependant, l’acquisition de données de santé « en vie réelle » (c’est-à-dire en dehors du cadre très particulier d’une consultation médicale) reste aujourd’hui largement un « angle mort ». Les déterminants de la santé sont en effet très variés (mode de vie, en particulier nutritionnel, environnement microbiologique, atmosphérique, psycho-social, …). Il s’agit donc de prendre en compte des sources d’information très hétérogènes, d’une manière aussi transparente que possible, tout en respectant la vie privée. L’enjeu est ensuite de fusionner ces données, d’abord au niveau d’un individu, au service d’un projet participatif de santé dont il a vocation à être l’acteur central, ensuite au niveau d’une population, pour permettre de transformer ces données en connaissances permettant d’améliorer la santé publique. Nous explorerons dans cet atelier les diverses dimensions de ce défi des données de santé, à l’heure de la miniaturisation des capteurs, de l’internet des objets et des « nuages de données », mais aussi des progrès de la fouille de données et de l’apprentissage machine, en questionnant la capacité pour les acteurs concernés de conserver la maîtrise de ce processus et de le mettre au service de l’encapacitement (empowerment) de chacun de nous, dans un cadre éthique.

Santé, individus et société - 14 janvier 2021 - 14h-17h

Animation de l’atelier réalisée par Anne Marie Granet-Abisset (LARHRA, Pôle SHS) et Jean Luc Bosson (TIMC-IMAG, Pôle CBS)

Articuler Santé Individus et sociétés semble aller de soi, tant la santé est insérée dans les préoccupations des individus comme à l’échelle de la société par les politiques de santé ou par les dispositifs mis en œuvre pour garantir la vie des individus. Cette réalité des interactions n’est pourtant pas neuve, elle s’est construite au cours des siècles et prend des accents différents en fonction des contextes mais elle tend vers une médicalisation, une scientifisation et une technicisation plus affirmées au fur et à mesure des progrès des connaissances. Pourtant la santé n’a pas toujours été seulement comprise et entendue comme relevant du seul savoir médical, mais également envisagée par des pratiques empiriques qui semblent retrouver à l’heure actuelle une visibilité concurremment à l’attention forte portée au naturel, à l’écologie, le tout bénéficiant de la diffusion de ces pratiques par les réseaux sociaux et les dispositifs médiatiques. La prise en compte du bien-être et de l’estime de soi est devenue une quasi injonction qui participe de la bonne santé des individus, présentés aussi comme des systèmes de prévention ou de participation au soin post-maladie, dans l’association du Cure et Care mais aussi dans les interrogations autour des effets de la société sur la santé des individus (pollution, mode de vie, stress au travail, etc..). Toutes ces orientations ne sont pas sans conséquences à l’échelle des individus comme de la société, alors que des choix se posent quant au financement des systèmes de santé dans une société qui vieillit. En complément de la thématique 1, on tentera de saisir les enjeux de ces interactions aux différentes échelles humaines, individuelles, familiales, et sociétales, et la manière dont les questions se posent actuellement, avant que de réfléchir plus spécifiquement à l’évolution des pratiques et des savoirs, au jeu des acteurs (patients et soignants, administration de la santé, politiques publiques) ainsi qu’aux acceptations, contournements, réactions comme reflet des sociétés contemporaines et de leur rapport à la santé au sens large.

Appropriations des technologies de la santé - 21 janvier 2021 - 14h-17h

Animation de l’atelier réalisée par Franck Dahlem (CERMAV, Pôle PEM) et Thierry Ménissier (IPhig, Pôle SHS)

Cette thématique nous conduit à définir les technologies de la santé et à envisager leur appropriation par les chercheurs, les usagers, les professionnels et les pouvoirs publics. Selon un rapport de l’Académie des technologies (2015), le terme « appropriation » désigne un ensemble de processus incluant la prise de contact et l’adoption éventuelle des objets techniques, voire leur assimilation dans nos schémas de pensée et d’action. Une première approche pourrait être de dresser un état de lieux des technologies de santé (médicaments, biologie et génétique, instruments, programmes publics de santé, systèmes support, e-santé et IOT), en fonction de l’état de l’art et de manière prospective. Il s’agit aussi de recenser les différentes manières de réfléchir la notion d’appropriation par les chercheurs/ses, les acteurs de l’innovation et les publics.

Inscription en ligne avant le 17 décembre 2020

Atelier 1 : De la donnée individuelle à la connaissance en santé et bien-être (13/01/21) (*)

Atelier 3 : Santé, individus et société (14/01/21) (*)

Atelier 2 : Appropriations des technologies de la santé (21/01/21) (*)


saisir le code présent dans l'image

Logo de l'Idex Université Grenoble Alpes

Publié le  23 novembre 2020
Mis à jour le  14 décembre 2020