Jardin botanique alpin du Lautaret
Jardin botanique alpin du Lautaret
Campus
Article
Dans le cadre grandiose des glaciers de la Meije et du parc national des Écrins, les fleurs du Jardin botanique alpin du Lautaret de l'Université Grenoble Alpes et du CNRS vous attendent jusqu’au 3 septembre.
Le Jardin botanique alpin du Lautaret de la Station alpine Joseph Fourier (SAJF - UMS 3370 UGA/CNRS) a ouvert ses portes au public le 3 juin dernier. Situé au Col du Lautaret à 2 100 mètres d'altitude, face aux glaciers de la Meije, ce jardin rassemble plus de 2 000 espèces de plantes des Alpes et des montagnes du monde. La richesse des collections et l’aménagement en rocailles intégrées au paysage font de ce jardin d’altitude l’un des plus beaux d’Europe.

Jusqu’au 3 septembre 2017, sur les deux hectares d’aménagements paysagers, vous pourrez effectuer un voyage à travers la plupart des massifs montagneux de la planète : Alpes, Pyrénées, Caucase, Balkans, Atlas, Sierra Nevada, Himalaya, Andes, Japon, Sibérie... Au-delà des plantes médicinales de montagne comme l’arnica, des plantes rares comme le chardon bleu des Alpes ou le célèbre pavot bleu de l’Himalaya, vous pourrez découvrir aussi la flore des éboulis, des pelouses et des rochers de ce site exceptionnel.

Un jardin extraordinaire et un laboratoire de recherche

Créé il y a plus d'un siècle par le Professeur Jean-Paul Lachmann de l’Université de Grenoble, le Jardin botanique alpin du Lautaret est l’un des plus anciens en Europe. L’engagement du Professeur Serge Aubert a permis la reconnaissance du CNRS en 2005. Le Jardin concilie accueil du public et des recherches qui visent à mieux comprendre la réponse des écosystèmes et territoires de montagne aux changements globaux. Au croisement des Alpes du Nord et du Sud, la diversité climatique et géologique a favorisé une grande biodiversité naturelle, avec près de 1 500 espèces végétales autochtones sur un territoire de 20 km autour du jardin. Ainsi, les pelouses naturelles qui abritent le jardin sont en elles-mêmes un "jardin naturel" rempli de fleurs sauvages (anémones, trolles, narcisses, campanules, ...). La combinaison entre ce "jardin naturel" et le "jardin aménagé", ainsi que la richesse des collections présentées font du Jardin botanique alpin du Lautaret l’un des plus beaux jardins de ce type en Europe, visité chaque été par environ 20 000 personnes.

Prairie subalpine (1800 m) dominée par les narcisses des poètes (en blanc) et les trolles d'Europe (en jaune) © Serge Aubert/SAJF

Expositions et conférences à la Galerie de l’Alpe

Livrée en septembre 2015, la Galerie de l’Alpe est le nouvel espace d’accueil du jardin alpin. Doté d’un laboratoire de recherche, de salles d’exposition, de conférences et d’une boutique, ce nouveau bâtiment inauguré en juin 2016 est à l’image de la Station alpine Joseph Fourier qui oscille entre science, tourisme et diffusion des savoirs. Durant tout l'été, la Galerie de l’Alpe accueille ainsi l’exposition "Dominique Villars" du musée grenoblois des Sciences médicales, en partenariat avec le Muséum d'histoire naturelle de Grenoble, le musée Dauphinois, et l'ensemble de ses partenaires privés et vous propose "Les lundis de la Galerie", un cycle de conférences gratuites et grand public qui a lieu chaque lundi à 17h du 3 juillet au 28 août 2017.

En attendant de pouvoir vous rendre au Jardin botanique alpin du Lautaret, rendez-vous sur le site internet de la Station alpine Joseph Fourier où vous pourrez accéder à une visite virtuelle du jardin, une vidéo panoramique, une webcam et à des milliers de photographies de fleurs :
www.jardinalpindulautaret.fr


Accès au Col du Lautaret
La route départementale 1091 est la voie la plus directe reliant Grenoble au Col du Lautaret via le tunnel du Chambon. Ce dernier sera ouvert 24h/24 du 13 juillet (8h) au 24 juillet (21h) et de 5h à 21h du 24 juillet au 21 août 2017 (12h). En dehors de ces périodes d’ouverture, la RD 1091 est interrompue au niveau du barrage du Chambon mais vous pouvez utiliser la route de secours (RS 1091) qui contourne le lac sur sa rive gauche. Attention, cet itinéraire (1h45) n’apparaît ni sur les panneaux de signalisation routière ni sur les navigateurs GPS.
En savoir plus.


Publié le 26 juin 2017
Mis à jour le 28 juin 2017

Vous aimerez peut-être aussi